Merci pour le chocolat

Avant, j’avais tendance à me rapprocher de plus en plus des acteurs. Je finissais par me dire: Tu ne vas tout de même pas faire que des gros plans, c’est du téléfilm ou bien il faut t’appeler Dreyer ! Bref, je passais mon temps à chercher ma place. Maintenant, je suis tout de suite où je veux.

Claude Chabrol

Questo post è catalogato in La fabbrica del cinema, Se ne sono andati. Vai al permalink.

1 Commenti

  1. dizaon commenta:

    adieu Claude…

Lascia un commento

Il tuo indirizzo email non sarà pubblicato.

 

Questo sito usa Akismet per ridurre lo spam. Scopri come i tuoi dati vengono elaborati.